Explication de vote FO sur le point 2 du CCE du mardi 28 juin 2016 portant sur la note

 « Une organisation simplifiée pour un service personnalisé de proximité »


Pour FORCE OUVRIERE, votre nouvelle organisation dite « simplifiée » qui sous-entend au passage que la précédente était sinon complexe du moins simplifiable, ce dont nous n’avons jamais douté, relève d’une prérogative qui vous est propre, à telle enseigne que la Direction Générale est tout à fait capable quelles que soient les personnes qui la dirigeront demain de nous présenter en CCE un nouveau projet d’organisation non moins simplifié en prenant le contrepied parfait de ce qui va être mis en oeuvre via celui-ci.
Dans la mesure où à FO nous n’avons jamais été partisans de la poly-compétence à outrance, assortie bien entendue d’un minimum de formation digne de ce nom ce qui n’était clairement pas toujours le cas, ce retour en arrière présenté comme un grand bond en avant serait plutôt de nature à nous satisfaire.
Néanmoins, cette simplification, qui est en fait une spécialisation se fait dans un contexte de contre-réformes plus régressives les unes que les autres. Cette spécialisation se fait également dans un cadre de territorialisation et de régionalisation rampante. L'agrégation de tous ces bouleversements désorganise profondément notre établissement et fait peser sur lui ce que Force Ouvrière qualifie de vaste restructuration, terme que le Directeur Général lui-même n'a pas contesté le 1er juin dernier.
Compte tenu donc des risques que ce projet fait peser sur tous les agents concernés par un énième changement de leur quotidien de travail et en particulier dans toutes les agences spécialisées appelées à être démantelées prochainement (mais pas que, les CIDC étant visiblement également sur la sellette), inquiets et vigilants pour leur devenir, en l’absence de certitudes les concernant, en réclamant une fois de plus que soit négocié dans chaque établissement concerné un accord spécifique plutôt que règne en la matière une quelconque forme d’arbitraire, FO se prononce CONTRE ce point de l’ordre du jour