InFO News CCE

 

DECLARATION FORCE OUVRIERE AU CCE EXTRAORDINAIRE DU MERCREDI 22 JUIN 2016

A l’ordre du jour de ce CCE, il est prévu que nous nous prononcions sur la situation économique et financière de Pôle emploi.

L’intitulé en soi de cette consultation pose déjà problème au sens où nous ne sommes pas partie prenante de vos choix stratégiques et financiers et encore moins des orientations politiques du gouvernement en place.

Autant nous ne pouvons que partager les constats présentés dans le rapport d’expertise du cabinet Sextant puisque les chiffres ne sont pas sujets à polémique, autant nous ne partageons pas les solutions que vous imposez à l’ensemble du personnel de Pôle emploi comme aux demandeurs d’emploi et aux entreprises dont nous avons la charge.

Dans un contexte social et économique où le chômage est loin de régresser tandis que les rémunérations des grands patrons du CAC 40 ne cessent de progresser, où le CICE a permis de dilapider des dizaines de milliards d’euros au bénéfice de grands groupes affiliés au MEDEF sans créer d’emplois durables susceptibles d’infléchir la courbe du chômage, le nouveau leitmotiv de la Direction Générale de Pôle emploi serait celui du « redéploiement des ressources internes » puisque, nous citons la synthèse du rapport présenté, page 7, « les objectifs assignés par la convention tripartite se font donc à moyens globalement inchangés ».

Pour FORCE OUVRIERE, il appartient à l’Etat de prendre ses responsabilités et d’arrêter de se désengager comme il le fait depuis plusieurs années en laissant le soin à l’UNEDIC de financer majoritairement Pôle emploi.

Notre rôle à FORCE OUVRIERE n’est pas d’accompagner un énième changement de cap mais bien de veiller aux impacts au quotidien pour les agents et de défendre leurs conditions de travail et leur avenir professionnel, en ne perdant pas de vue la qualité du service à rendre à nos usagers.

Ainsi, qu’il nous soit permis de nous interroger quant à la priorité donnée au numérique sur la relation de face à face, sous couvert de modernité à tout crin et d’économies d’échelle, comme si une tablette ou un algorithme étaient la panacée pour aider un demandeur d’emploi à retrouver du travail.

Le virtuel a ses limites et nous, pour notre part, nous lui préférons du concret.

Ainsi, quelles perspectives d’avenir offrez-vous par exemple à tous les agents des A2S qui savent programmée la fin de leurs unités spécialisées sans visibilité pour la plupart quant à la suite de leur carrière ?

Quelles garanties tangibles et factuelles mettez-vous sur la table pour le reclassement de tous ces DAPE, de tous ces REP, RRA, conseillers et psychologues qui n’ont jamais démérité depuis la création des A2S ?

A FORCE OUVRIERE, nous revendiquons des accords collectifs en la matière dans les Etablissements concernés et non le recours à des reclassements au fil de l’eau au gré desquels les agents devront s’en remettre à de petits arrangements à l’amiable pour se recaser tant bien que mal.  

Ainsi qu’en est-il exactement du rattachement des formateurs permanents des CIDC à la Direction Générale ?

Aujourd’hui, on doit s’en tenir à des mails envoyés aux agents invités à participer à la DG à des groupes de travail dans le cadre d’un « accompagnement au changement » , information obtenue syndicalement par la bande, pour savoir que se trame une refonte en profondeur des CIDC.

Interrogés en CHSCT du Siège par nos soins, les représentants de l’Etablissement bottent en touche en avançant prudemment qu’ils sont en cogitation sur le sujet.

Quand aurons-nous droit en CCE à une information et une consultation sur ce sujet englobant dans son analyse des questions aussi sensibles que le devenir des accords locaux dont bénéficient à bon droit ces collègues ?

Sur ces sujets on ne peut plus d’actualité, nous attendons des réponses rapides, lesquelles conditionneront en partie le vote que nous formulerons tout à l’heure en séance, en saluant au passage la qualité de l’analyse fournie par le cabinet Sextant.

 

 

 

Présentation par le cabinet SEXTANT du rapport d’expertise des comptes

Résultat de recherche d'images pour "budget euro"

Initié par une délibération votée, y compris par FO, le cabinet d’expertise SEXTANT a eu la tâche d’analyser les comptes 2012, 2013 et 2014 de Pôle emploi. Il ressort de cette analyse que les ressources de Pôle emploi ont progressé de 4,9 milliards d’euros en 2012 à presque 5,2 milliards en 2014, le personnel passant en équivalent temps plein de 45807 à 49372. Ces hausses ne sont pas en rapport avec l’augmentation du nombre de DE qui lui a progressé de plus de 12% sur la même période. C’est un manque de moyen qui est mis en évidence une fois de plus.

FO s’est particulièrement intéressée à deux points mis en exergue par l’analyse :
- Les différents plans initiés par l’Etat (plan 100 000 formation de 2014 par exemple) ne sont pas financés en totalité : Pôle emploi doit puiser dans ces réserves pour arriver à boucler les plans, l’Etat n’assumant pas la totalité de la charge.
- La politique immobilière de Pôle emploi qui privilégie exclusivement la location de locaux au détriment des achats. Ce qui représente une charge financière grandissante (due à l’augmentation des loyers) et une difficulté de relation avec le bailleur lorsque des problèmes se posent dans les bâtiments.
La Direction confirme que Pôle emploi finance les différents plans sur ses deniers en concertation avec l’Etat (est-ce vraiment un choix ?). Sur la politique immobilière la DG va modifier son orientation et rééquilibrer un peu les choses en achetant quelques bâtiments, toutefois la majeure partie des sites restera en location.

Pour FO, ce rapport qui analyse également la sous-traitance (dont celle de l’informatique en particulier) amène à poser la question à la DG de ses choix stratégiques en matière d’activités : quelles sont les activités à « fortes valeurs ajoutées » que la DG entend ne pas sous-traiter ? La réponse de la direction sur ce point est de faire le constat que l’environnement évolue et que la Direction doit s’adapter en permanence. FO a appelé la Direction à ce qu’un échange précis soit fait avec le CCE afin de stabiliser les choses. A l’heure ou certain veulent une GPEC à Pôle emploi, il est plus qu’utile de savoir quels métiers devrons être exercés dans un futur proche par les agents !

Vote d’une motion demandant l’aide d’un expert pour analyser les comptes 2015

Dans le cadre de la loi « REBSAMEN » le 12 mai, le CCE doit être consulté sur la situation économique de Pôle emploi en 2015. Afin de nous aider à analyser l’année 2015, FO a voté favorablement pour qu’un expert nous assiste dans l’analyse des comptes 2015 de PE.

 

Commission Nationale des Activités Sociales et Culturelles (CNASC)

FO a voté contre le principe des réunions de la commission. En effet, celle-ci n’a toujours pas de Président, ni de trésorier ce qui rend caduque toutes décisions. De plus avec la mise en place des grandes régions couplée aux élections professionnelles, rappelons que le CCE peut, n’en déplaise au Directeur Général, changer de majorité !!!

Question diverse

Résultat de recherche d'images pour "région paca logo"Suite à un article paru dans Nice Matin, dans lequel le Président de Région PACA, qui vient de signer une convention de partenariat avec le DG, indique qu’il demande à Pôle emploi de lui fournir les noms des DE refusant deux offres d’emploi afin de leur supprimer le RSA, FO a demandé si Pôle emploi allait s’exécuter ?
La DG indique qu’il n’est pas question d’accéder à cette demande. Mais depuis la convention a été signée, et quelle convention !! En PACA c’est fait Pôle-emploi est aux ordres de la région !!!

Votre délégation FO au CCE : Loic BARBOUX, Jean-Luc BLANC, Jean-Pierre BRUNET, Sonia CLAUDE, Nadia FORT, Christiane LOTAUT, Yann RENAUD, Sylvie SZEFEROWICZ, Gil VOCCIA